Histoire

Il est presque certain que les Processions de la Semaine Sainte à Mendrisio, comme toutes les autres, sont plus anciennes que leur première mention au début du XVIIe siècle.


La procession du jeudi est une représentation sacrée populaire, dans laquelle la vingtaine de groupes ou de personnages ne récitent pas un texte, mais défilent dans les rues du village, simulant le chemin du Calvaire. Les seuls à s'exprimer sont les Juifs, qui crient des invectives et la condamnation à mort du Christ, si bien que la procession est connue sous le nom de Funziun di Giüdee. Pendant au moins trois siècles, elle a été organisée par la confrérie du Sacrement.

La procession solennelle du vendredi est une extension du rite de l'ensevelissement du Christ et était donc à l'origine dirigée par des ecclésiastiques. Avec la soumission de la Lombardie voisine à l'Espagne au XVIe siècle, la tradition de l'appeler Entierro s'est répandue. Elle représente l'enterrement nocturne du Christ, généralement accompagné de la Mère éplorée. À Mendrisio, il semble que la statue n'ait été insérée qu'après le retour des Servantes de Marie au couvent de San Giovanni en 1644. Il est certain qu'à partir de cette date, ce sont eux qui l'ont géré, parfois en conflit avec le curé, jusqu'à la suppression du couvent de Mendrisio et de presque tous les couvents tessinois en 1852.


En plus de ces deux événements, d'autres traditions de la Semaine Sainte ont été préservées à Mendrisio. Les sépultures, répandues dans tout le bassin méditerranéen depuis au moins mille ans, sont des mises en scène plus ou moins riches ou complexes du catafalque du Christ mort, assidûment visitées par les dévots. À Mendrisio, jusqu'aux travaux de restauration achevés en 2014, une scène théâtrale était installée dans l'église Santa Maria nascente du village.

Beaucoup plus rare et donc exceptionnel, mais très apprécié des habitants de Mendrisio, le Settenario dans l'église de San Giovanni, qui appartenait autrefois aux Serviteurs de Marie, est un service nocturne consacré à l'une des sept douleurs de Marie, avec des prières spéciales et le chant du Stabat Mater (attribué à Jacopone da Todi) sous forme d'antienne. Sur une musique d'origine inconnue, les hommes chantent à tour de rôle un couplet dans le chœur de l'église et les femmes répondent depuis la nef avec le suivant.

Malheureusement, le grand et impressionnant autel provisoire de l'église Saint-Jean (peint par Bagutti vers 1775), où était placée la statue de Notre-Dame des Douleurs, n'est plus en place : elle est désormais sortie de sa niche dans l'abside, revêtue de son costume de fête (du début du XIXe siècle, restauré) et placée sur une table décorée de tableaux avec son riche châssis doré (vers 1780) jusqu'à peu de temps avant la procession.

Dans la dernière décennie du XIXe siècle, les circonstances socio-économiques du canton ont enfin permis un investissement considérable dans la restauration et le renouvellement des processions. À cette occasion, le comité nouvellement créé, qui dirige encore aujourd'hui l'ensemble de l'organisation, a décidé de fixer l'année 1898 comme premier centenaire de la réorganisation, car l'un des rares documents historiques encore conservés mentionne le landfogto [landvogt], c'est-à-dire le gouverneur helvétique des provinces italophones qui était en charge du district du XVIe siècle à 1798.

LIRE L'HISTOIRE DES CORTÈGES (IT)